Skip to content

Chardon colorée

13 août 2015

Difficile pour moi de trouver le temps de venir par ici… A un tout petit peu plus d’un mois du mariage de mon cousin, j’ai décidé de mettre les bouchées-double puisque j’aimerais avoir terminé les tenues (chemise pour lui, jupe et haut pour elle, Belladone pour moi) d’ici le 31 Aout. Et puis avec le jardin, les travaux en extérieur et le jardin, je suis plûtot occupée.

Aussi une fois n’est pas coutume, je vais être succinte (si si je dois savoir faire) pour vous parler de ma Chardon réalisée, pffff il a y 2 mois??

J’ai toujours aimé la forme de la Chardon, le fait qu’elle se porte taille haute, les petits plis rétros, LES POCHES, le fait de pouvoir y passer une ceinture. J’adore la version avec le noeud derrière, mais pour cette première version j’ai utilisé un tissu acheté à mes tous débuts en coutures, déja bien chargé en couleurs. C’est un polycoton, au toucher tout doux, qui froisse à peine.

Niveau couture il n’y a pas de difficultés particulières, je comprends qu’elle puisse être conseillée aux débutantes (connaissant les bases de la couture quand même). C’est un très bon projet pour apprendre à monter des poches prises dans les coutures et une fermeture éclair, les explications sont limpides. Les plis nécessitent un peu de précision lors du marquage du tissu.

 

Modifications

J’avais un gros doute sur ma morphologie aussi pour être sûre de pouvoir porter cette jupe le plus bas possible, j’ai cousu les cotés et la fermeture éclair avec des marges de coutures de 1 cm au lieu des 1.5cm recommandés.

J’ai choisi de couper par manque de tissu au niveau de la version bicolore , rallongée de 5cm, mais sans rajouter de bande en bas… c’est juste ce qu’il faut pour que je l’assume. Je n’ai fait qu’un retour de 0.9cm après avoir surfiler à la surjeteuse le bas.

 

Conclusion

J’ai beaucoup porté cette jupe cet été : pas très compatible avec mon nouveau travail (il faut dire que je ne porte presque que mes Chataigne en ce moment), mais elle est parfaite pour sortir, flaner en ville, faire les magasins etc… Le tissu ne me choque pas plus que ça, ça fait très estival.. et puis j’ai trouvé le haut parfait pour aller avec.

Au niveau fit c’est une agréable découverte, même si je suis plus habituée aux robes Fit & Flare qu’aux jupes, j’aime bien la silhouette qu’elle me fait. C’est très féminin et je m’y sens bien… Je pense m’en refaire une dans un coloris plus discret pour l’automne/hiver, pour la porter avec des collants un peu fun.

 

et comme souvent quelques zooms

 

Belle journée à toutes (et tous?)

 

Publicités

Ondée de printemps

12 juin 2015

Entre ma Brume d’hiver et mon Ondée de printemps je pense qu’on frise l’originalité à outrance dans mes titres, non? Quoi qu’il en soit puisque ces deux sont sorti le même jour il était important pour moi de les liés sur le papier.

Eléonore nous a tout d’abord présenté sa jupe, que j’ai adoré de suite, et je me suis dit : ce sera ELLE la 1ère jupe moulante de mon dressing. La suite vous l’avez ICI ^^

Mais lorsqu’elle nous a présenté le sweat Ondée, si j’ai vraiment adoré, sur elle, sa version initiale que j’ai trouvé si féminine et délicate, je me suis dit: « Sur moi je le sens nettement moyen ». Car bien évidemment je ne suis pas du tout adepte des crop top (va savoir pourquoi?) et je n’ai pas de veste/gilet/pull qui s’arrete à la taille. je me suis alors souvenue d’une remarque que l’on a fait cette été alors que je portais ma Centaurée+un gilet « elle est magnifique cette robe, dommage que le gilet soit si long et ne s’arrete pas au hanches)… Et j’ai entrevu toutes les possibilités de ce sweat.. Sureau-Chardon-Centaurée-Belladone-Moneta-Peony-Cambie etc… la liste est infinie.

Et puis comme je fait confiance à Eléonore, et même plus que ça, niveau design et fit, (et je ne pense pas me tromper vu les merveilles que j’ai maintenant dans mon dressing), j’ai décidé de me lancer dans l’aventure Sweat court. Et vous savez quoi? Non seulement j’ai adoré la phase couture, avec un montage vraiment très simple, mais au 1er essayage j’ai fait wahooo! Et mon mari aussi … et pourtant il a un niveau de tolérance d’exubérance vestimentaire bas, très bas…

Seulement j’ai pris du molleton juste en dessous de 30% d’élasticité (et pas du tout élastique en hauteur, et bien sur je n’ai vu ça qu’après m’être lancée à corps perdus dans la couture), un peu mou, mais pas trop épais que j’avais en stock, et que je voulais absolument testé car divinement doux à l’intérieur (au départ Eléonore nous a proposé de tester le sweat molleton élastique-jersey etc.. et le mot molleton à fait tilt avec ce coupon). Par contre ne cherchez pas, il est introuvable depuis les années 80 puisqu’il provient du stock de ma grand-mère… mais il rempli sa fonction doudou à la perfection!

Par contre pour éviter d’avoir un col trop épais et rigide j’ai choisi de le faire avec un jersey avec un taux de plus de 35% que j’ai acheté il y a quelques temps à Moun dans lequel j’avais prévu de faire… une Moneta.  Et j’aime plutôt bien ce résultat bicolore.

Mais pour en revenir au tissu choisi, comme il était moins élastique que préconisé j’ai du plus tirer pour faire correspondre la manche avec les bracelets de manches et le corsage avec la bande de taille, ce qui a induit une légère déformation de mon tissu qui même après lavage n’a pas repris sa forme initiale (promis je ne vous fais pas de cours de matériaux même si c’est ma formation initiale). La deux bandes (tailles et poignets) ne sont donc pas aussi serrées que je l’aurai souhaité. Et de même le fait qu’il ne soit pas du tout élastique en hauteur, fait qu’il est juste un chouïa plus court que mon souhait initial.. Ca m’apprendra à foncer tête baissée.

Je ne peux donc que bien vous conseillée d’utilisé un jersey vraiment extensible, même si épais, mais il doit avoir 30% pour que le rendu soit parfait. Cependant si vous souhaitez utilisé du molleton, je pense que couper la taille supérieure peut être une excellente idée (et pensé bien à renforcer vos coutures d’épaules avec de l’élastique transparent.

 

Au niveau de la couture, aucune difficulté.. Non vraiment c’est un modèle vraiment facile, si ce n’est qu’il est en jersey. Je l’ai monté entièrement à la surjeteuse (même le col, mais j’ai tellement serrée les fesses que je ne le conseille pas trop) mais il peut se faire à la machine sans aucun soucis du moment qu’il est monté au point élastique.

Trève de blablabla voici les photos de ce sweat.

Autant le dire de suite.. oui je suis conquise! Ce n’est pas une pièce que j’aurais imaginé un jour dans mon dressing, mais elle va si bien avec les robe que j’affectionne … qu’il m’en faut d’autres.. Notamment une version manches courtes pour aller avec ma Centaurée, pour les soirée d’étés où il fait juste trop frais pour avoir les épaules nues. On encore une version blanche pour aller avec ma Cambie namibienne et mes Monetas.. Ou…encore …

Je trouve cette pièce ultra féminine, et classe ce qu’il faut avec ce petit col pointu. Je trouve que la silhouette est particulièrement harmonieuse avec une robe froncée. Je ferais juste un peu plus attention à mon choix de tissus la prochaine fois.

Bon week end à toutes et tous

Ps: vous avez vu mon beau Lilas en fleur… oui les photos on été prises il y a plus d’un mois 😉

 

Me made Month : Mai 2015

10 juin 2015

Un post par mois… j’ai eu été plus productive n’est-ce pas? Mais disons qu’entre des vacances au top en Bretagne/Normandie, le début de mon nouveau job, une tenue de mariée à réfléchir et coudre et un potager à bichonner, je peux compter sur les doigts de la main les moments où je me suis posée devant l’ordi en mai. Pourtant j’ai quelques cousettes en attente à vous montrer, mon Ondée, ma nouvelle Moneta chouchoute, celle de Laura, une Belladone, une BasicOne, une Chardon… pour ne citer que ces projets… mais il vous faudra encore un peu de patience.

Le but du Me Made Month (ou MMM dans la suite de ce post) est de porter (à son rythme) un maximum de vétement cousus-tricotés-crochetés-recyclés-…- pendant un mois. L’idée est de promouvoir le handmade, d’être fière de ce que l’on a fait. J’en ai deja fait 3  francophones via le forum Thread and needle, mais là c’était à l’international. Et c’était très sympa (ne serait-ce que de parler un peu anglais) mais de voir aussi les différences/ressemblances de styles entre les différents pays. Après c’est vrai que c’est tout de même un peu moins convivial que la version française, mais nous étions beaucoup plus nombreuses, donc plus difficle de laisser un petit mot à chacun. Nous étions quelques françaises à participer et à échanger, vous pouvez d’ailleurs trouver une recap de laCoutureRose pleine de peps ICI ou de Nath qui a été aussi très assidue ICI ,  elle est une vraie source d’inspiration pour moi, j’adore ses looks!

Pour ma part si j’ai bien commencé, j’ai eu beaucoup plus de mal sur la fin (comme à chaque fois). Si je porte quasi tous les jours du handmade, j’oublie la plupart du temps de faire prendre les photos à Cyprien le soir (et j’ai la flemme de sortir le trépied à chaque fois). Il va falloir que je m’améliore pour la prochaine fois ^^

Semaine 1

 

Semaine 2

 

Semaine 3

 

Semaine 4

 

Semaine 5

 

Bilan :

– Il est devenu hyper facile pour moi de m’habiller en handmade, un peu plus difficile de mixer les pièces (parce que comme on n’est que 2 la machine à laver ne tourne pas tous les jours^^)

– je n’ai pas de style qui se dégage, je préfére m’habiller en fonction des besoins (casual, plus chic).

– au niveau bas j’ai remarqué que j’ai besoin mais genre très urgemment besoin d’un nouveau jean… va falloir que je me lance. Niveau short c’est bon de ce coté là, j’ai laaaargement de quoi faire. Par contre, j »ai toujours peu de hauts casual fait main et pourtant c’est ce que je porte le plus lorsque je travaille maintenant. Il me faut donc quelques plantains supplémentaires pour toutes les saisons, et refaire 1 ou 2 Datura moins salissantes (car non je ne porterai pas ma Datura blanche pour donner à manger une compote pomme-framboise, no way!). Idem porter une robe pour être assise par terre c’est pas ce qu’on fait de mieux, je vais avoir besoin de quelques tuniques avec des poches (pour mettre avec des leggings, oui Christina! c’est peut-etre moche car je n’ai pas les jambes ultra galbées et fines mais c’est quand même diablement pratique).

– si j’adore les robes cintrées à la taille j’ai plus de mal à porter des hauts qui me moulent le ventre. J’en ai d’ailleurs cousu très peu… mais ça va changer avec le BasicOne qui est vraiment chouette, près du corps mais pas trop.

– ma Belladone noire à décidément la taille trop haute, surtout quand je compare à mes Moneta (ma bleue Marine est devenue ma nouvelle robe chouchou!!!) ma prochaine version est bien mieux (mais là il faut me croire sur parole ^^)

– je porte essentiellement du Deer and Doe (et encore j’ai pas tout posté car j’ai porté aussi ma Centaurée (que j’ai déchiré mais ouf réparée), ma Brume, mon Ondée en vacances, et ma Bruyère…

-quand je vois ces photos, je suis plutot fière de moi. Oui c’est souvent les mêmes patrons, vétements, mais bon c’est moi qui les ai fait, je toruve que niveau confiance et estime de soi, la couture c’est quand même un bel outil! Et j’assume bien mieux mes formes, depuis que je couds… je sais je le dis à chaque fois, mais franchement qu’est-ce que ça fait du bien de se sentir à l’aise et jolie dans ses vétements!

Bon bref… quand le prochain???

 

La Moneta de Nadège

30 avril 2015

Souvenez-vous….l’hiver dernier… Lors du tirage au sort du concours de Noël c’est le nom de Nadège, alias Filencage qui est sorti. Je ne connaissais que peu Nadège à l’époque, mais nous avons vite beaucoup échangé. Nous partageons entre autre la même passion pour la montagne alors forcément ça rapproche!!

Le cahier des charges de Nadège était une Moneta :

– de couleur foncé dans les tons prune-bordeau

– pas de col claudine

– des poches

– des manches courtes ou longues, mais pas 3/4

Ma première mission a été de trouver du tissu, chose pas forcément aisée par ici. J’ai écumer 1 mois les magasins de la région avant de me décider de l’acheté sur internet. Mon choix s’est porter sur le jersey Milano des coupon St-Pierre que j’ai également utilisé pour ma jupe Brume car il me paraissait avoir une très bonne tenue et un joli tombé.. Et c’est effectivement le cas. Cependant il est relativement lourd (456 gr/ml) j’avais peur que ça tasse les fronces. La jupe est donc moins froncée et moins ample. Définitivement j’adore ce tissus, mais il est vraiment épais pour les machines (surjeteuse comprise) quand il y a beaucoup plusieurs épaisseur, cela peut être un peu galère, et comme il glisse parfois mes coutures ont eu quelques mm de décalages (et ça m’a mis en rogne)

J’ai donc enlevé 4cm de large à la jupe c’est à dire que je me suis mise sur le plis, et que j’ai décalé de 4cm mon patron pour raccourcir la largeur.

D’après les mesures de Nadège j’ai fais un mix entre la taille S et la taille M.

Pour les manches ma premières idée était de les rallonger. J’ai fais un premier test en suivant tout simplement la ligne de manches à partir de la manche 3/4, je me suis retrouvé avec un bas de manche de 12cm tissus etiré.. impossible d’y passer la main. J’ai donc décidé de tracer, toujours à partir du coude, un version élargie, qui paraissait bien sur le papier. Après couture, j’ai voulu testé en passant ma main… et là CRAC! Tissus et couture déchirés…. La Moneta aura donc des manches courtes, parce que bien sûr entre temps j’avais cousu mes Brumes et que le tissu n’était plus dispo sur le site. Au final je trouve que que c’est joli, avec un petit gilet elle devrait être parfaite pour le printemps et l’automne.

J’en profite pour vous présenter Gigi, le mannequin que la cousine de ma maman m’a prêté (merci Gigi! Je pense à toi à chaque fois que je couds!). Le problème de Gigi c’est que part rapport à moi elle à la taille mannequin, puisqu’elle fait un 36-44. Je m’en sert donc uniquement lorsque je couds pour… les autres.

Et je vous présente pour celles qui ne connaîtrai pas la jolie Nadège, qui a accepté que je publie ses photos ici de sa Moneta portée. Merci à toi!

 

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

 

J’ai beaucoup aimé coudre pour Nadège et je suis vraiment ravie de résultat de ma robe sur elle. Comme à chaque fois que je couds pour les autres, je trouve que c’est hyper enrichissant, cela permet de connaitre d’autres personnes, de gagner en confiance et de faire plaisir… quoi de plus important ?

J’espère que vous ne faites pas une overdose de Moneta parce que 2 autres arrivent sur le blog, une pour moi et une pour Laura avec qui je vais un échange

Belle journée!

 

 

Brume d’hiver

31 mars 2015

Oula on frise le burn out avec 2 articles en 3 jours non??

Vous le savez certainement, ou vous l’avez deviné, mais je voue un véritable culte au jersey en ce moment. Si j’aime porter des robes et blouses en tissus non strech, ce n’est rien comparer au bonheur de passer une journée en jersey.. Surtout si celle-ci est un peu difficile, ou intense. Le jersey nous enveloppe comme une seconde peau, c’est pour moi le tissu cocooning par excellence, celui dans lequel je me sens bien, belle et à l’aise. Seulement, il y a souvent un amalgame qui est fait Jersey = tissus pour pyjama, ou tissus sportwear!

Et bien croyez moi, cette pensée de vous effleurera même plus avec cette nouvelle jupe de Deer and Doe : la jupe Brume. Depuis que je couds, j’ai fait assez peu de jupes au final, toutes un peu grandes, ou un peu trop ci ou ça. Et en fait depuis que je m’intéresse vraiment à ce qui me va ou pas, je me suis rendue compte que mon Saint-Graal niveau jupe (la jupe en jean présentée là) ne me convenait tout simplement plus. La raison? Pas assez habillée, pas assez féminine, pas assez courte. Mon style a nettement évolué ces derniers mois, et je commence à rechigner de porter la plupart des vêtements de mon ancien « uniforme« . J’assume mieux mes formes, je n’hésite plus à porter des choses un peu près du corps, et cela me plait bien. J’ai aussi plus de mal à porter des vêtements sans taille marquée.. Bref je continue mon évolution et je m’affirme.

Alors quand Eléonore m’a demandé de tester la jupe Brume, j’étais aux anges. Car oui cette jupe… c’est la jupe jersey parfaite pour moi. Une coupe classique, une longueur « pile comme il faut » pour la version courte, une longueur « jambes de rêve » pour la version longue (que j’ai très très envie de tester rapidement (vous imaginez avec des espadrilles compenséeet le petit détail qui fait tout : l’empiècement original comme tout. Mais surtout… elle est près du corps sans faire ressortir nos petits défauts. Elle peut se faire classe, comme plus casual, mais reste vraiment canon et féminine.

Cette jupe est également hyper facile à faire, encore plus avec une surjeteuse. Il n’y a que les surpiqûre et l’ourlet à faire à la machine. Bien sûr vous pouvez la faire entièrement à la machine! Elle nécessite en plus, pour la version courte, vraiment peu de métrage, 1 tout petit mètre  (un bout de chute de Moneta quoi..). C’est typiquement LE projet d’une soirée quand on sait qu’on a « rien à se mettre le lendemain ». Et qu’on veut se sentir belle, et en valeur! En tout cas je l’ai déja beaucoup portée, ma petite Brume d’hiver! La tenue 2 était même ma tenue « refuge », celle qui m’a accompagnée au moindre coup de mou hivernal.

 

Modifications

Au niveau des modifications comme cette jupe est ajustée, il est nécessaire de bien prendre ses mesures. Au niveau des hanches je suis à 112cm, j’ai donc fait un ajustement de manière à obtenir un 46,5. Hors j’ai une légère culotte de cheval je suis large aussi au niveau du haut des cuisses. J’aurais également dû gradé un peu plus (je suis à 110.5cm) à cet endroit là pour gagner un peu en largeur. Il n’y aurait ainsi plus eu aucun plis à ce niveau là. Pour la gradation, si comme moi vous ne tombé pas pile dans la grille de taille, voici un aperçu de la modification qu’Éléonore m’a conseillé d’effectuer.

Cette modification n’est à faire que sur les pièces de coté devant et dos et s’effectue de la même manière sur les 2 pièces. Au dessus du cran on s’appuie sur le tracé initial au départ.

 

Tissus

J’ai choisi de faire cette jupe dans de la maille Milano de chez Coupons St-Pierre (il n’y a plus le bordeaux choisi). Il est d’une douceur vraiment incroyable, hyper facile à coudre et à couper. Il a un très joli tombé, je trouve (là on ne voit pas mais j’ai fait une Moneta avec vous verrez). Il est cependant un peu trop épais pour faire correctement les surpiqûres demandées par ce patron, malgré de nombreux tests de réglages de tension et longueur de points, j’ai un petit quelque chose qui me chiffone sur le devant à l’assemblage empiècement milieu devant, et au niveau des pointes arrières. En effet il fait tout de même 456g par mêtre linéaire.. pas rien quoi. En tout cas je trouve ce jersey vraiment bien pour l’hiver, il est chaud comme il faut! (et j’espère que ce n’est pas Nadège qui me contredira??). D’ailleurs c’est tout a fait le tissus que je vous conseillerais pour faire un Sweat Ondée… moi je dis ça…

 

Photos

Sur les premières photos la jupe est un peu décentrée.. 2 séances photos en 2 jours j’avoue que mon mari a vite montre quelques signes de faiblesse la semaine dernière.. je vous prie de bien m’en excuser.. je ferais les prochaines seule avec le trépied et le déclancheur^^


 

 

 

Alors vous avez craquer??

……..

 

Non je ne vous laisse pas comme ça… j’ai également eu la chance de tester le Sweat Ondée que vous pouvez voir dès aujourd’hui chez Sandra. Seulement je n’ai pas eu le temps de faire ce que je voulais pour l’accompagner ayant privilégier les tissus que je voulais coudre par rapport à ce que j’avais dans mon dressing . Vous le découvriez donc sous son meilleur jour (c’est à dire pas sur une tenue qui ne lui est pas du tout assortie ^^ non n’appelez pas la police de la mode pour ça) très vite.. En attendant je vous montre juste une photo faite pour Eléonore histoire de vous faire patienter. Et de vous montrez à quel point ce sweat est parfait sur une Moneta… Moi je dis ça ^^
Bonne soirée à toutes

Deux « Jacinthe » dans mon jardin

29 mars 2015

Le printemps frappe à notre porte… je reviens par ici doucement, je sors de ma torpeur… J’ai eu assez peu (trop peu) de temps ces derniers mois, entre une formation et pas mal de boulot dans la maison/au jardin. Je réponds à vos précédents commentaires très vite, je suis vraiment désolée de ne pas l’avoir fait avant. Mais rassurez vous tout va pour le mieux!

Lors de la sortie de la Blouse Coquelicot d’Histoire de Coudre j’ai vraiment craqué sur la version de Vihjarnfactory, qui a réussi à merveille à mettre en valeur les détails subtils de cette blouse! Mais comme en ce moment je fais uniquement avec les patrons en stock…. je suis restée sage mais en temps normal j’aurais craqué sans hésiter.

 

Alors quand Frédérique m’a contacté pour tester son prochain patron, et quand elle m’a dit que ce patron était un top à basque, j’ai juste été ravie. Car oui le top à basque est une pièce que je trouve vraiment raffinée, originale juste ce qu’il faut, bref qui correspond à mon style « simple mais efficace ». Mais je n’avais jamais sauté le pas, par peur de l’amplification de mes hanches. J’avais plusieurs modèles dans mes Tendances coutures ou Burda, mais ça n’avait jamais fait tilt. Alors que là, elle me proposait de coudre la blouse parfaite, la blouse Jacinthe :

– une basque bien positionnée sur la taille

– des manches 3/4 (les manches longues m’énervent je les remonte sans cesse)

– des bracelets de manches et un col crantés (pour l’originalité et la possibilité de les faire contrastant ^^

– un coupe ajustée

Alors j’ai « pris le risque » et ce fut payant.

Et puis il faut dire qu’à mon sens, tester un patron est une étape tellement importante dans la création. En testant, j’ai ainsi l’impression d’oeuvrer pour  quelque chose qui me tient à coeur… promouvoir le travail et le sérieux des patrons indépendants!

 

Travailler avec Frédérique a été une expérience vraiment sympathique. Très à l’écoute, elle a été disponible pour répondre à chacune de mes questions. La première a été sur le choix de la taille.

Ses patrons sont basés pour le 46 sur du 104-90-110, or je suis à 106-86-112. Elle m’a conseillé de partir sur du 46 pour ma toile et ça s’est avéré très juste.

Le seul bémol pour moi est qu’il est en pdf, il faut ajouter les marges de coutures, et j’aime mieux travailler lorsqu’elle sont incluses.

Autre chose, faites bien attention aux crans de montage pour les manches. Les deux crans sont pour le devant, et le cran seul pour derrière. Je préfère l’écrire pour que toutes les habituées de Deer and Doe ne partent pas tête baissée^^

 

Tissus 

Blouse fleurie : Cotonnade fleurie fluide de chez ma grand-mère, mélange coton-polyester pour le tissu noir, avec un très joli tombé

Blouse noire: Popeline Elasthane pour les manches, devant et dos, basque en mélange coton-polyester pour le tissu noir, avec un très joli tombé, liberté Forty pour les bracelets de manches

Je pense qu’il est vraiment important de bien choisir son tissu pour cette blouse, afin que la basque tombe au mieux. Il vous faut un tissu suffisamment fluide pour cela, avec un joli tombé. Je suis sûre qu’elle se prêterait parfaitement à du liberty

 

Coté modifications 

– J’ai ajouté 1cm en longueur sur la blouse noire et 2cm sur la blouse fleurie, mais je pense que je pourrais pousser jusqu’à 3cm pour une prochaine blouse

– J’ai remonté les pinces de 5cm pour avoir une coupe hyper ajustée au niveau de la poitrine.

– Je n’ai pas thermocollé mon col, ni mes bracelets de manches noirs comme demandé (mais ceux en liberty si)

-J’ai dessiné une parementure pour la blouse noire (mais comme une gourdasse, je n’ai pas pensé à l’élasticité de mon tissus, l’encolure baillait un peu, j’ai donc fixé 2 boutons pour rattraper ça, et le résultat me plaît bien)

– Ajout d’un passepoil sur la version fleurie

 

Ce que j’en pense

J’ai vraiment aimé coudre cette blouse.. tellement même que je vous présente deux versions. J’aime beaucoup le détail des crans, mais surtout la couture des pinces que je trouve hyper astucieuse. Cela permet de garder un devant très plat sans effet « petit bidon ». Et cela permet surtout de personnaliser le degré d’ajustement de la blouse. Les explications sont très faciles à suivre, et très bien imagées. J’ai particulièrement aimé coudre les bracelets de manches (non mais regarder ces crans tous mignons!) et pouvoir rajouter du passepoil (non je ne soignerais pas cette addiction)

D’un point de vue fit, je trouve que la basque tombe bien sur ma taille, et que du coup ma silhouette est joliment dessinée. J’adore particulièrement le rendu du dos!Au niveau de la taille je ne suis pas serrée ce qui est très appréciable. Bref je suis ravie de mes deux blouses très printanières.  J’ai toujours trouvé les basques hyper canons sur les autres et finalement, j’aime plutot bien sur moi ^^. Et vous, qu’en pensez vous?

Blouse Fleurie

 

 

Blouse Noire (Après une journée de portage.. si si je repasse mes vêtements)

Bonne fin de dimanche

my Julia Women’s Cardigan

24 février 2015

Je n’aime pas l’hiver, je n’aime pas avoir froid, je n’aime pas devoir mettre  plein de couches pour avoir chaud. Je n’aime pas me sentir nostalgique devant ces jours gris. Ohh j’adore la neige et les jolis paysages qu’elle nous offre, mais je déteste lorsqu’elle fond sur le bord des routes toute grise, ou laissant entrevoir des bouts de pelouse de plus en grands. Ces mois de janvier  et février n’ont pas échappé à ma mornitude ambiante, je suis souvent d’humeur ronchonchon, je n’avais qu’une envie rester confinée.. Et il faut dire que les événements du début du mois de janvier n’ont rien fait pour arranger cela… je reste atterrée devant ce qu’est capable de faire l’homme…

 

——————————– Petite parenthèse ——————————–

A ceux-là s’ajoute une faille dans mon monde de bisounours couturesque.. Et oui, tout n’est pas jolijoli sur la blogo que ce soit le plagiat, le manque d’honnêteté, ou encore les insultes. Je pensais vraiment n’avoir à faire qu’à des personnes partageant une passion commune, j’étais bien naïve, je découvre une réalité beaucoup moins rose, beaucoup plus proche de la « vraie » vie et ça me désole. Pour celles que ne savent pas de quoi je parle, j’essaie de rester objective pour que chacune continue de penser ce qu’elle pense, même si j’ai maintenant mon avis sur la question, allez donc faire un tour sur le site du Vicomte de Bois Joly qui s’intéresse à 2 patrons de Aime comme Marie ressemblants étrangement à 1 patron de chemise femme d’un Burda et à  1 de chemise homme issu du livre Les Chemises de Ryuichiro Shimazaki. ( Articles du Vicomte 1, 2, 3 et 4, la réponse de Marie et une discussion Thread et Needles là dessus). Pour celles qui se demandent pourquoi j’en parle, je vous répondrais que c’est pour que chacune puisse se faire sa propre idée en tant que consommatrice, comme j’ai pu me faire la mienne.  Car je ne peux pas juste me dire « il y a pire dans la vie »… même si oui ce n’est pas une tragédie. Mais quand je couds c’est justement pour le loisir, c’est justement pour que ça me sorte de l’ordinaire et des soucis/interrogations/étonnement du quotidien, c’est pour le plaisir, ce n’est pas pour la déception ou la colère. Alors quand je vois certaines choses dans la blogo couture qui me font bondir dans la « vraie » vie, je ne vois pas pourquoi je n’en parlerais pas dans mon espace de consommatrice couture.

Car c’est ce que nous sommes, et cela s’accentue en nous inspirant les unes les autres, en se baladant de blogs en blogs.  Je vous avoue que cette histoire m’a chamboulée, car cela me semble irréel de parler de plagiat en couture (tellement ça me parait grave… non mais plagiat = Vol d’idée, on va où??)  tout comme cela me semble irréel qu’on puisse être insultée parce qu’on apprécie et soutient un créateur, ou parce qu’on ose pointer du doigt quelque chose de pas très net. Que cela soit clair, je suis un mouton (ben oui j’ai bien fait la 2000ème Sureau de l’histoire de T&N^^) mais je ne trouve pas cela dramatique, cela ne me dérange pas qu’on me le dise non plus, j’assume mon côté « la blogo m’inspire » car je trouve cela normal, c’est pour cela que je partage et que je lis les blogs. J’ai commencé à coudre pour me démarquer, pour porter des vétements qui me vont bien en essayant d’échapper un maximum au pret-à-porter, j’y arrive de mieux en mieux. Mais oui je fais les mêmes patrons que d’autres et ça ne me parait pas plus grave que d’acheter un jean dans un magasin, car ce sera dans un tissu différent, car ce sera moi qui l’aurais cousu en y apportant un peu de moi-même.

Et que ce soit bien clair je n’aime pas les patrons de Marie, les modèles ne me plaisent pas malgré ma recherche de basiques, ils n’ont pas la petite touche d’originalité que je recherche, je n’en ai jamais acheté car l’éventail de tailles laisse à désirer ( un L correspondant à un 40, mouais mouais mouais… je ne peux pas me permettre de mettre 14€ dans un patron tous les jours alors si en plus je dois le grader, je ne vois pas l’intérêt, c’est pour cela que je n’ai malheureusement pas craquer pour les premiers de Pauline Alice que j’adore pourtant) je ne me sens donc pas flouée, mais profondément déçue/dégoutée/révoltée par toute cette histoire (par les méchants doutes qui subsistent, mais surtout par le discrédit sur les patrons indépendants quand on voit le travail colossal fourni par certaines, par les mots employés de part et d’autre etc…) et j’avais besoin de l’exprimer pour pouvoir reprendre un court normal par ici. Parce que comme la si justement dit Bruume ce matin: « c’est nous que ça perturbe alors que ça ne devrait pas ». Alors oui toute cette histoire me fait me poser un max de questions, mais il est temps de passer à autre chose, d’aiguiser notre sens critique… et aujourd’hui plus que jamais, de réfléchir à notre mode de consommation.

——————————– Fin de le petite parenthèse ——————————–

Cependant j’ai tout de même créé, mais je n’avais envie que de pièces faciles à coudre, pas de prise de tête. Je crois que j’hiberne un peu en fait (ce qui explique donc les réserves que j’ai… ahhhh c’est ça ^^). J’ai donc à mon actif, un nouveau Plantain et une Moneta version Tshirt que je vous présenterais ensemble, un Belladone que j’adore et ma Moneta que je vous ai présenté la dernière fois. En fait, excepté la Belladone, je n’ai cousu que du jersey, c’est agréable à porter, c’est facile à coudre à la surjeteuse, et le résultat est bien souvent bluffant!

Je vous présente donc aujourd’hui un petit cardigan très simple qui m’a bien fait craquer dans le dernier Perfect Pattern Parcel : le Julia’s Cardigan de Mouse House Creations.

J’ai beaucoup aimé son originalité, avec ce joli col, et le fait qu’il aille aussi bien avec une robe qu’avec un pantalon+haut. C’est en fait une version test dans un tissus qu’il me restait de mon Plantain gris. J’ai choisi la version mini-manches car je n’ai que des gilet manches longues dans mon dressing, et j’adore le rendu. Taillé en XL suivant le tableau de mesures poitrine, je me demande si la taille du dessous n’aurait pas pu convenir d’autant plus que mon jersey est bien mou et élastique. Il aurait également été parfait avec 1 ou 2cm de moins en longueur. Je n’ai pas doublé le col par manque de tissus (il y a 2 version de col, version ourlet ou version col doublé) ici il est seulement ourlé à l’aiguille double avec fil gris plus foncé pour un effet contrastant. Je pense que c’est bien mieux de le doubler, le tombé est bien meilleur, plus net, d’après les photos vues sur le net.

Ceci dit je l’aime beaucoup mon petit cardigan, il sera parfait… pour cet été, il manque quelques degrés pour que je puisse le porter en ce moment. Voila mon cardigan, porté version casual pour rester à la maison et version plus « city ». Il va également très bien avec ma Belladone noire, et se marie à merveille avec mon short Chataigne noir . Bref un bon basique ce gilet!