Skip to content

Un bien joli mariage : Belladone et Pavot sont de la fête

23 septembre 2015

Bonjour bonjour!

Samedi dernier nous étions invités à un bien joli mariage qui restera gravé dans nos mémoires… Des mariés magnifiques, souriants et plein d’attentions pour leur invités, une jolie fête qui s’est prolongé tard, et qui à repris le dimanche midi. Un joli moment en famille!

Car le marié n’était autre que mon cousin, qui a 2 ans de plus que moi avec qui j’ai passé de très bons moments pendant les vacances, étant plus jeunes. Je ne vais pas tout détaillé ici (non Mathilde je ne parlerais pas de cette fois où on s’est fait gronder à cause de toi) mais nous avons beaucoup, beaucoup de souvenirs communs. Mais j’en reparlerais un peu plus sous peu, puisqu’il se trouve que j’ai eu la chance de coudre pour les 2 stars de la journée.

Désolée par avance pour la grosse tartine du jour, mais j’ai 2 pièces à vous faire découvrir, et j’ai effectué pas mal de modifications… je ne me vexerai pas si vous passez directement aux photos.

 

La Robe : choix du modèle

Et donc lorsque Cécile et Loïc nous ont annoncé leur mariage l’année dernière, je me suis dit qu’il me fallait une nouvelle robe pour l’occasion. Le temps est passé, je n’étais toujours pas décidé pour un modèle puisque j’avais un cahier de charges particulier. Je voulais en effet pouvoir remettre cette robe, car si j’ai adoré coudre ma Macaron du soir, je n’ai pu la remettre qu’une fois pour Noël car elle est bien trop habillée.

Ma robe devait donc être simple mais avec de jolis détails, facilement accessoirisable pour lui donner du peps, et confortable pour danser jusqu’au bout de la nuit ^^. Je ne voulais pas de jersey car je lui trouve moins d’élégance que du tissu trame, exit donc les Moneta (même à col). J’ai vite pensé à une nouvelle Belladone, c’est mon patron préféré de chez préféré, je lui trouve beaucoup de classe, malgré sa simplicité apparente, et elle se prête à de nombreuses modifications. Et puis Dixie DIY a sorti sa Bonnell Dress et ça à fait tilt : C’est ça que je voulais. Seulement après avoir vu plusieurs versions, si je la trouve absolument charmante sur les filles filiformes, j’ai eu plus de mal sur les filles avec des rondeurs. En effet les découpes importantes laissent parfois entrevoir beaucoup de peau… et elle n’est pas toujours très seyante. Je suis donc repartie sur mon idée première : ma Belladone… qui aura des découpes sur le côté et un décolleté dos en V uniquement.

 

La Robe : choix du tissu

Pour les coloris je voulais du basique-basique, j’ai donc opté pour une robe grise à ceinture noire (ça change du bleu non?). Ma 1ère Belladone a été faite dans un coton extensible et elle est d’un confort incroyable. Elle a une belle tenue, et juste ce qu’il fait d’Élasthanne pour oublier que l’on porte une robe avec fermeture éclair. J’avais trouvé ce tissu parfait chez Indigotex à Grenoble, mais impossible pour moi d’y retourner avant le mariage (et pas sûre de trouver une qualité comparable, ça dépend des arrivages). Chez Mondial Tissus je n’ai pas trouvé ce que je cherchais, je me suis donc tournée vers internet, un peu perdue devant l’offre.

J’ai vraiment du mal à me rendre compte de la qualité d’un tissu, de son poids réel à travers un écran et encore plus de son tombé.. C’est bien simple j’évite autant que possible d’y avoir recours malgré toutes les merveilles croisées ça et là. J’avais donc sélectionné 4 sites proposant du coton extensible, et j’étais un peu perdue devant le choix à faire, n’ayant jamais commandé sur aucun de ces 4 sites. Puis les 2 premiers de la liste sont sortis du lot après réflexion

J’avais retenu :

  • Hall du Tissu  (j’avais peur que ce soit un peu trop extensible)
  • Tissus Price  (j’avais peur que ce soit un peu lourd pour une robe)
  • Stagier (dont j’ai entendu le plus grand bien)  mais j’avais peur du côté trop brillant du coton satiné (et donc pas toujours facile à remettre)
  • Telaio  j’avais peur du côté un peu transparent dans la description

Au final c’est le hasard qui a fini par décider pour moi,  puisque fin juin, une copine (merci Angie!) me dit que Tissus Price recherchait un partenariat avec des blogueuses pour tester des tissus de leur site. Je leur ai donc soumis mon projet et j’ai reçu 1m50 de  gabardine extensible gris anthracite et 1m50 de  gabardine extensible noir.

La seule chose qui me faisait peur pour une robe c’est le poids du tissus, même s’il est précisé dans la description qu’il est idéal pour la confection de vêtements, robes, chemisiers. Et effectivement 245 g/m² c’est lourd. Je pense que ce tissu est à réserver pour les robes et jupes droites, vestes ou pantalons, il est idéal pour la mi-saison. Exit les robes à fronces, c’est juste impossible pour avoir testé sur les manches de la Pavot, le volume donné est bien trop important.

Au niveau de la qualité, je suis vraiment très satisfaite, le tissus est tout doux sur l’extérieur, agréable à l’intérieur et est résistant à la traction (pas comme mon short Chataigne lui aussi fait dans un tissu extensible). Cependant le tombé est relativement rigide… encore une fois à réserver pour des coupes plutôt droites. Je pense qu’il convient parfaitement à la Belladone mais il ne lui en faut pas beaucoup plus pour que ce soit trop figé. Le tissu se froisse tout de même un peu (à titre d’exemple j’avais fait 45 minutes de voiture avant de faire les photos, désolée) et il a tendance à attraper les petits fils/cheveux/poussière sur le coté tout doux, mais cela s’enlève très facilement.

Comme le tissu est extensible j’ai usé de la Vieseline H200 pour thermocoller les découpes du côté, le V dans le dos et les poches. J’ai également thermocollé les parementures pour apporter suffisamment de tenue.. Et oufff c’est parfait, je suis vraiment contente!

Il est très facile à coudre, mais attention tout de même à ne pas l’étirer (notamment pour la couture dans le sens de la largeur comme pour la ceinture). A la surjeteuse en tout cas il passe nickel. Pour les surpiqûres prévoir une longueur de point d’au moins 3mm, sinon le rendu n’est pas terrible vu l’épaisseur. Il existe maintenant sur le site, aussi une version satinée, moins lourde, de ce tissu, mais que je n’ai pas testé.

Pour la doublure, j’ai utilisé un coton peu épais avec beaucoup de tenue, vert anis pour apporter du peps et une touche de gaieté

 

La Robe : modifications

Comme pour tous les patrons Deer and Doe (depuis que je me suis rendue compte de ça), j’ai descendu les pinces poitrines de 1.5cm et donc abaissé la taille de 1.5cm. Je n’avais pas pensé à le faire sur ma Belladone Bleu Canard (pas encore blogguée), mais j’ai diminué la longueur des pinces du bas de la jupe de 1.5cm pour qu’elles tombent au bon endroit.

J’ai modifié le décolleté comme sur toutes mes Belladones, je vous invite donc à lire mon article sur la 1ère pour voir la forme de la modification. Pour celle-ci j’ai creusé encore d’un cm, parce que bon c’était quand même la fête ^^.

Pour le dos, j’ai supprimé l’empiècement haut et redessiné la pièce corsage dos bas. Pour cela j’ai prolongé la ligne d’épaule pour qu’elle soit de la même longueur que mon corsage avant, puis j’ai retracé le V du dos (voir Photo ). Le décolleté est donc assez peu ouvert. J’ai fait une toile où j’avais fait l’inverse, c’est à dire raccourcir la longueur de la ligne d’épaule de la pièce corsage avant pour qu’elle corresponde à la longueur de la ligne d’épaule du corsage dos. Si le résultat est sympa, il était bien trop sexy pour moi, j’aurais eu peur d’un glissement de bretelle inopportun.

J’ai dessiné les parementures correspondantes au dos et au décolleté. Et j’ai doublé la partie ceinture pour avoir un joli rendu au niveau de la découpe côté. Pour le haut j’ai pris en sandwich mon corsage entre les 2 ceintures, pour le bas, (et devant le peu de temps qu’il me restait, ne voulant pas coudre à la main ou faire de surpiqure) j’ai considéré que ma ceinture n’avait qu’une épaisseur que j’ai cousu à la surjeteuse au bas de la jupe

Pour les découpes du côté, j’ai fait plusieurs tests, et c’est la version hyper minimaliste qui l’a emporté. En fait on le voit assez peu, c’est surtout quand je danse ou que j’ai les mains dans les poches et c’est très bien ainsi, pile ce que je voulais. Je referais sans doute une version estivale plus ouverte, mais là pour cet automne/hiver c’est parfait. La découpe fait 2cm de haut pour 3.5cm de large une fois cousue. Voici à quoi ressemble la modification à faire sur le patron, l’idée est donc de surfiler, puis de plier, et de surpiquer la découpe.

 

La Robe : Couture et ce que j’en pense

Au niveau de la couture aucune difficulté, ça fait 4 fois que je réalise ce modèle, je commence à la connaître. Pour celles intéressées par les modifications réalisées voici les étapes de couture.

Pièces à modifier/Changement par rapport à la Belladone de base :

  • corsage dos : pente du V et découpe du côté
  • corsage devant : découpe sur coté
  • dessiner une parementure pour le devant et le dos
  • couper 2 fois la ceinture

Etapes de Couture

  • Thermocoller
  • Coudre les découpes sur le côté
  • Assembler le corsage (épaule puis coté), puis assemble les parementures et les coudre au corsage. J’ai ensuite surpiqué la parementure pour bien la garder en place
  • Coudre le corsage à la ceinture. Il faut bien marquer sur le ceinture l’endroit où la couture du corsage dos/corsage devant doit arriver pour bien placer le milieu de la découpe.
  • Coudre la jupe, puis la coudre à la ceinture
  • Coudre la fermeture Éclair (en prenant la parementure), puis faire les ourlets (ici  j’ai utilisé du biais pour les manches et l’ourlet du bas)

Et au final?? Ravie, je suis ravie! Confort absolu, seyant parfait c’est la robe que j’avais imaginé! Trève de blabla voici les photos de ma jolie robe. La seule chose qui me chagrine un peu c’est de ne pas avoir fait attention au moment de coudre ma fermeture éclair, j’étais focalisée sur le raccord de la ceinture, j’ai donc 0.7cm de libre au dessus de la fermeture, et n’ayant pas d’agrafe adéquate sous la main j’ai du laissé ainsi.. mais j’ose espérer que je suis la seule à avoir fait attention à ce détail lors du mariage, surtout la soirée avançant

Je l’ai portée avec un boléro issu du patron de la veste Pavot, une jolie fleur jaune réalisée par ma maman (nous portions la même avec ma soeur et ma maman, les garçons quant à eux avait une pochette jaune), un sac jaune et un vernis aux doigts de pieds assortis. (oui c’est hasbeen de ne pas être dépareillée, mais je m’en fous Christina). Je suis un peu figée sur certaines photos, mais je n’avais pas trop envie d’être vue en train de faire la star pour le blog, suis timide moi.

 

 

 

Le Boléro : choix du modèle

Au départ je voulais me faire ce boléro 5 du magazine Ottobre 2/2015

boléro

J’ai préféré faire une toile, échaudée par ma jupe du magazine fait main et j’ai choisi la taille 44. Elle s’est avérée un peu juste aux bras, mais surtout le dos était beaucoup trop large, et ne me plaisait finalement pas tant que ça. A 2 semaines du mariage c’était la grande interrogation.. je fais quoi maintenant?

Et un matin un peu frais, j’ai dû ressortir ma veste Pavot, et j’ai trouvé la solution. Ma veste sera une Pavot, version boléro (par manque de tissus au départ mais c’est très bien ainsi), c’est à dire sans ceinture, sans jupe et sans boutonnières. Pari risqué puisque je n’avais pas le temps de faire une toile, et ça a payé…ouf!

 

Le Boléro : choix du tissu

Il s’agit du même tissu que la ceinture de la robe, et donc de la même qualité. Je pense qu’il est vraiment parfait pour ce type de projet, sauf pour la partie fronce. Ça été pour être franche une galère sans nom! J’ai fait la méthode avec 3 fils de fronces pour essayer de les faire de la manière la plus régulière qu’il soit. J’ai mis beaucoup d’aiguilles et au premier test cata, elles n’étaient pas restées là où elles devaient. J’ai décousu, bâti et si c’était mieux mais pas parfait, cela donnait beaucoup de trop volume, genre manche gigot, autant dire qu’avec ma carrure ce n’était juste pas possible.

J’ai donc redécousu et…. ca été un peu freestyle puisque qu’on était mardi et que le mariage était samedi. Je n’ai donc pas pris la peine de découdre le surjet de mes dessous de manche et j’ai « redessiné » ma manche directement en l’épinglant sur l’emmanchure. Le résultat étant pas trop mal, j’ai découpé la partie fronces que j’ai reporté sur mon autre manche. J’ai eu de la chance puisque ça tombe plutôt bien mais autant dire que j’ai eu trèèèès peur (et que la prochaine je prendrais le temps de bien redessiner ma manche à plat au besoin)

Pour la doublure (parementure dos et devant, et dessous du col) j’ai choisi un coton épais et absolument pas élastique, du coup j’ai du coudre à la main le col à la veste pour ne pas qu’il rebique.

 

Le Boléro : Modifications

J’ai rallongé les 3 pièces de 7.5cm en faisant bien attention à ne pas rajouter ou enlever de largeur au bas de la pièce.

J’ai redessiné la parementure afin d’enlever ma patte de boutonnage et j’ai supprimé le fronçage en tête de manche.

Pour la parementure du bas, j’ai pris la ceinture de la Belladone que j’ai simplement bordée de biais (même finition pour la parementure du corsage dos et devant). Elle est 3 cm plus large que le bas du boléro, pile ce qu’il faut pour faire un joli rentré.

J’ai coupé de 12cm les manches pour qu’elles soient juste un peu plus longues que le coude

 

Le Boléro :  Ce que j’en pense

En tout objectivité, il est parfait…pour le temps imparti. J’ai terminé les finitions à la main vendredi dans l’après-midi, à la faveur d’une sieste du petit que j’accueille. Les manches pourraient être plus seyante (ça tire un peu dans l’emmanchure dos) mais pour quelque chose fait à la volée, je ne m’en suis pas trop mal sortie.

J’aime beaucoup comme il épouse la robe, le détail du col et des surpiqûres qui apportent de la classe et de l’originalité à l’ensemble. Je pense que c’est une petite veste courte idéale pour être portée avec les robes cintrées à la taille et je trouve que le mariage avec Belladone est particulièrement réussi. C’est une pièce qui manquait dans ma garde robe et pourtant j’ai pas mal de robe avec qui elle peut aller.

En résumé, même si je déteste coudre dans l’urgence, je suis très satisfaite de mes 2 cousettes que je compte bien reporter que ce soit ensemble ou individuellement. Elles correspondent parfaitement à ce que j’attendais, sobre mais élégant pouvant être reporté, confortables. Bref que du positif!

 

Publicités

Délicate Fumeterre

1 septembre 2015

Me revoici avec la dernière pièce de la nouvelle collection Deer and Doe sortie hier, la jupe Fumeterre.

J’adore les jupes longues… sur les autres. Parce que sur moi (et pourtant ça doit bien faire 10 ans que j’en essaie en magasin) ça ne fait pas tilt. Je me sens déguisée, pas vraiment moi-même. Pour tout vous dire autant j’ai craqué sur toutes les formes possibles et imaginables de petits hauts et jupes courtes, autant je n’ai jamais acheté de jupe longue qu’elle soit près du corps ou très ample car j’ai toujours trouvé cela difficile à porter en étant ronde. Aussi lorsqu’Eléonore m’a proposé de tester sa nouvelle Jupe, j’étais sur la réserve… mais comme toujours je me suis laissé portée.

Il faut dire que cette jupe à de nombreux atouts:

  • 2 versions diamétralement opposées : boutonnée et ouverte pour un côté romantique, à braguette et poches pour un côté un peu plus rock
  • un élastique dans le dos pour un confort optimum
  • un tombé aérien grâce à sa construction en différents panneaux, permettant de bien épouser nos formes sur le haut et s’évasant sur le bas

 

Construction

J’ai choisi un coton à fleurs délicates, un peu comme la Fumeterre,  du stock de mon arrière grand-mère  avec de fin carreaux cousu en fils polyester (ça je me suis rendue compte quand j’ai mis le premier coup de fer ^^), fluide et transparent mais avec une belle tenue. Je vous encourage vivement à bien respecter les tissus conseillés pour obtenir un joli tombé, plutot fluide si vous souhaiter une jupe aérienne. J’ai choisi la version boutonnée, je voulais pouvoir y ajouter une ceinture qui apporte une jolie touche sur les jupes (et qui me permets de justifier le fait que j’achète 3 ceintures par saison).

La montage est comme toujours est un vrai régal, (ça doit être embêtant de tout le temps lire ça, mais sincèrement c’est un ravissement à chaque patron, les étapes découlent les unes des autres avec fluidité, je n’ai rien trouvé de négatif à dire là dessus depuis que je couds Deer and Doe)  et est en tout cas pour la version testée est vraiment très rapide à coudre. J’ai directement cousu les panneaux à la surjeteuse et je ne les ai pas surpiqués. Contrairement aux instructions je n’ai pas thermocollé ma bande de boutonnage après différents tests sur des chutes, n’ayant à l’époque que de la Vieseline H250 (beaucoup trop épaisse) ou H180 (trop fine). Elles ne sont donc pas aussi nettes que j’aurais voulu, j’insiste donc sur la nécessité de ne pas zapper cette étape. J’ai beaucoup aimé coudre la ceinture et  l’élastique. Après plusieurs jours à la porter (elle a été finie courant juillet) notamment lorsqu’il faisait trèèèès chaud pour travailler, je suis convaincue par le confort de cette ceinture, qui est en plus à régler directement sur nous au moment de ma couture.

Si vous avez tendance à beaucoup bougé au niveau du ventre avant et après les repas, rien ne vous empêche pour plus de confort d’utiliser la technique qu’il y a dans les vêtements d’enfants, l’élastique à boutonnière permettant d’obtenir une ceinture réglable. Voila à quoi ressemble le montage et le rendu final, sur le blog de Flocyveries, (merci pour le partage)  , personnellement je ne mets sur les pièces enfant qu’un bouton d’un côté, l’autre côté étant cousu.

 

Au final

J’aimerais insister un petit peu sur la longueur de la jupe. Sur cette version j’ai cousu la parementure au tout début, elle est prise dans ma patte de boutonnage (c’est différent maintenant sur les instructions finales). Hors je n’ai pas pris le temps de vérifier la longueur à ce moment là. Si je corresponds quasi parfaitement aux mesures d’un 46 Deer and Doe, j’ai tout de même la taille 1,5cm à 2cm plus bas que la taille de référence (vous verrez sous peu la différence entre mes Belladone). Pour info je mesure 1m72. Du coup si je porte cette jupe 2 cm au dessus de ma taille normale, elle arrive pile ou il faut en terme de longueur. Seulement je trouve que cela me tasse et ne me met pas vraiment en valeur. Je dois donc porter donc cette jupe sur ma taille normale … mais elle est trop longue pour que je la porte sans talons (elle attend d’etre reprise depuis un gros mois…). Je ne peux que vous conseiller de bien vérifier avant de coudre la parementure si la longueur vous convient et d’effectuer au besoin les modifications à ce moment là. Il faut que je reprenne la mienne.

Concernant la jupe en elle même, j’ai joué {sur un coup de folie!!!} à fond la carte « hippie bohême » : jupe à fleur transparente et boutons voyants. Mais si sincèrement sur le papier ça avait l’air prometteur, on ne peut pas dire que ce soit une réussite…. je ne l’assume tout simplement pas (impossible de sortir hors de la maison avec, d’autant plus qu’elle est tout de même bien transparente). Si j’aime bien le fait que les découpes ressortent justement à cause du tissu transparent, j’ai beaucoup plus de mal avec le tissu et les boutons choisis. Je n’avais pas  11 boutons de la même couleur au moment de la couture, j’ai donc choisi des boutons dont les couleurs apparaissaient sur le tissu pour lui apporter du peps, et je trouve que finalement ça ne lui apporte que de la lourdeur. J’ai bien envie de réessayer ce modèle avec une version beaucoup plus discrète (genre bleu marine.. oui je focalise sur les jupes bleu marine en ce moment) car en fait je ne me retrouve pas du tout dans cette pièce. Et je suis convaincue que cette jupe à un vrai potentiel, même sur les plus rondes, pour un peu qu’un tissu fluide soit choisi (parce que j’ai peur qu’avec un tissu raide, cela alourdisse pour le coup la silhouette)

Sans titre-2

 

Ceci dit cette jupe, si on passe outre son look, est vraiment confortable, j’aime bien la porter pour travailler car elle est vraiment légère, elle virevolte autour de moi et cela plaît beaucoup à la petite que j’accueille (et j’ose espérer qu’à 16 mois elle ne relève pas encore mes fautes de goûts, ni si une jupe me tasse ou pas???). Elle m’a permis de passer les grandes chaleurs estivales sans encombre.

Je me sens aérienne quand je marche c’est vraiment très grisant. comme sentiment Je suis le plus souvent assise par terre quand je travaille et je peux très bien croiser les jambes sans risque d’attentat à la pudeur, ce qui est un vrai plus par rapport aux jupes courtes.  La version boutonnée me permet sans souci de marcher et courir comme je veux.

Pour ce qui est  du fit, j’ai l’impression qu’elle me fait de très longues jambes et me dessine une silhouette plutôt sympa au niveau de la taille et des hanches. C’est donc une piste à explorer pour moi même si je me pose toujours quelques questions quand au port de jupes longues pour ma morphologie!

Mon mari ne m’a pas vraiment aidé, lui qui déteste les jupes longues : « on dirait que tu as accroché un drap autour de la taille ». Une fois sa terreur des petites fleurs kitsh passée, il m’a tout de même dit que cela me faisait des jambes hyper longues, mais il reste très dubitatif par rapport ma version.. j’ai bien compris qu’il était plus emballé par Cardamome. (et pour les photos n’hésitez pas à lui demander pourquoi il m’a coupé les pieds sur quasi toutes les photos de dos.. je n’en ai qu’une à vous montrer de plein pied. Pourtant il savait que ce n’est pas le haut que j’ai cousu ^^ mais merci quand même pour les photos :D)

Je vous laisse donc avec les photos, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez (en termes de fit, car oui soyons réaliste elle est pas terrible cette jupe). J’ai fait quelques photos avec mon nouveau sweat Ondée après avoir vu les photos de présentation la semaine dernière (la couleur ne va pas super avec la jupe mais c’est pour vous donner une idée et pour vous le montrer je ne penser pas faire un article spécial) qui m’a accompagnée en fin d’été lors des soirées fraîches et dont je suis absolument dingue. Il est réalisé en Jersey Milano des Coupons St Pierre, que je recommande plus que chaudement (le Jersey ET les Coupons St Pierre, qui ont été vraiment réactifs après une erreur dans 1 des coupons reçus).

Et en mouvement

Avec Ondée

Bonne rentrée à toutes et tous!

Cardamome flamboyante

31 août 2015

S’il y a bien une chose que j’aime dans la cuisine, c’est les épices, et notamment leur façon de changer radicalement le goût et/ou la couleur d’un plat tout en apportant une touche de sophistication.

Cardamome c’est tout à fait ça, une robe sophistiquée dont le look peut changer radicalement en fonction du tissu choisi ou de la version choisie. C’est une robe qui se veut classe et féminine, mais qui a son petit coté enfantin avec les smocks. Lorsqu’Eléonore nous a présenté cette robe, ma première pensée à été  « hiiiii une robe cintrée à la taille par des smocks ». (Je vous parlerais de ma passion pour les smocks plus loin). Puis j’ai vite remarqué son petit col boutonné, ses fronces à la poitrine et ses manches 3/4 agrémentés d’une fente et la possibilité d’avoir une robe plus estivale dans sa version sans manche. Bref je me suis vue dedans, elle me correspondait parfaitement!

Et quand je pense a la cardamome, je me transporte immédiatement en Inde, sirotant un lassi à la mangue et savourant un de ces petits desserts à la semoule. Et quand je pense à l’Inde j’ai des images de Saris brodés aux couleurs flamboyantes. J’ai donc décidé d’oser un tissu que j’avais en stock depuis un an, un tissu sur lequel j’ai complétement craqué mais comment dire… il est rose, mais du genre rose qui pique les yeux. C’est une batiste plumetis que j’ai trouvé chez Mondial tissus et qui à pile la tenue qu’il faut pour réalisée cette robe. Fluide, il a un joli tombé pour les fronces et smocks et suffisamment léger pour les poches ne plombent pas la jupe. Il se travaille en outre très bien. Je ne peux que vous conseiller de bien faire attention à votre choix de tissus pour cette robe, les smocks associés à un tissus trop raide… effet femme enceinte potentiel. Je l’ai associé à une popeline, également de chez Mondial, pour le plastron.

 

Couture

  • La couture de cette robe nécessite comme toutes les pièces avec pattes de boutonnage un minimum de précision et de minutie, mais c’est un très joli challenge que j’ai adoré relevé.
  • J’ai utilisé de la Vlieseline H250 pour le col et le pied de col, mais il s’avère que c’est trop rigide, de la H200 aurait été plus appropriée.
  • C’était mon premier plastron et j’ai beaucoup aimé coudre cela, les repères aident bien à faire un travail de qualité. J’ai bati le plastron avant mais pas celui du dos, je voulait voir la différence… et je ne peux que vous encourager à bâtir si vous souhaitez un résultat parfait.
  • J’ai également cousu des manches provisoires pour tester la taille, et j’ai beaucoup aimé coudre la fente capucin!
  • Comme je le disais j’ai été ravie de pouvoir coudre les smocks. Car oui j’adore faire les smocks. C’est un peu magique comme principe je trouve. Il y a deux méthodes pour les faire, Eléonore avait détaillé la méthode dite « Burda » dans cet article –> ICI. Pour ma part j’utilise l’autre méthode, celle où le fil élastique est enroulé sur la canette. Pour ce faire il faut:

– Bien enrouler le fil dans la canette, en l’étirant légèrement.

– Piquer au point droit et régler la longueur du point entre 2,5 et 3,5. La tension du fil doit être légèrement diminuée (je passe de 4 qui est ma valeur standard à 2 ou 3 suivant l’épaisseur du tissu, la pour du voile de coton je suis passé à 3, le tissus aurait été plus épais j’aurais choisi 2)

– Espacer les rangées d’au moins 8mm (là c’est 10mm donc c’est parfait)

– Etirer le tissu déja smocké lorsqu’on fait les autres rangées, pour que les coutures soient bien parallèles

Afin d’avoir des jolis smocks je couds une ligne, je coupe mes fils, je fais les noeuds, puis je recommence. Pour être sûre de garder une distance de 10mm entre chaque ligne je prend le temps de marquer des repères régulièrement, que je trouve plus facile à suivre qu’un repère sur le pied ..)

Et il ne pas oublier de mettre un coup de vapeur une fois que c’est terminé. Oui, c’est aussi simple que cela!

Modifications

J’ai descendu la taille de 2cm, mais je crois qu’1.5cm aurait été suffisant, le dos blouse pas mal, mais cela ne me dérange pas. Du coup la longueur de la jupe est 2cm plus bas car je n’y ai pas touché

Ce n’est pas une modification à proprement parler mais suite à un coup de surjeteuse malencontreux, j’ai du réduire de 0.5cm chaque coté du pied de col pour qu’il soit symétrique. Au moment de l’assemblage j’ai donc du faire de très légères fronces sur mon plastron pour ça aille bien avec le pied de col. Je pensais que ça ne se verrais pas trop, or de dos ça se voit très très bien puisque j’ai des plis qui apparaissent (oui la prochaine fois je m’emballerai un peu moins avec ma machine…)

 

Au final???

Au final au premier essayage, j’ai un peu fait la moue. Franchement je n’étais pas hyper emballée. Je crois que c’est le choc culturel.. passer du bleu au rose ,sans transition ça a du être un peu violent pour moi. Et puis je ne sais pas pourquoi mais ma version blanche et rose me fait penser à une tenue de tennis pour Barbie. Tu sais « I’m a Barbie girl, in a Barbie World  » (non ne me remercie pas si tu as cette chanson atroce dans la tête). Et j’ai commencé à me poser des questions sur son adéquation avec mon 46, les smocks, le coté blousant, tout ça.

Et puis je l’ai montré à Cyp qui m’a dit que c’était la robe qu’il préférait après mes Belladones, qu’elle me mettait vraiment en valeur et qu’il aimait tous les petits détails …. Même enthousiasme chez ma mère et ma soeur.

J’ai alors commencé à la regarder différemment. Certes elle est rose, sans doute trop pour moi, mais :

  • J’aime bien le fait que les emmanchures ne soit pas trop creusées cela reste très joli même avec des bras potelés
  • J’adore la longueur de la jupe et l’allure générale de la robe
  • Je suis fan de tous les détails, plastron surpiqué, smocks, col etc… sans oublier les poches bien entendu!
  • Les fronces qui mettent en valeur la poitrine

Au final je reste un peu bloquée sur la couleur, mais elle est parfaite pour aller au restaurant avec mon amoureux. En version sans manches elle est idéale pour supporter les chaleurs de l’été indien, je l’ai beaucoup appréciée cet été. J’ai d’autant plus aimé le fait qu’elle soit un peu blousante : elle ne « collait » pas lorsqu’il a fait vraiment chaud. Les smocks font qu’elle est très agréable à porter puisqu’ils soulignent la taille mais sans la comprimer. Je me suis donc surprise à l’aimer cette Cardamone et à en vouloir une version pour cet automne et encore plus aujourd’hui après avoir vu la superbe version d’Emilie.. Affaire à suivre

 

 

J’aime bien la porter avec une petite ceinture

 

 

Quelques zooms

Arum purple sensation

31 août 2015

Aujourd’hui c’est un peu l’événement puisque Deer and Doe présente non pas un ou deux, mais bien trois nouveaux patrons! Je commence aujourd’hui avec deux robes, Arum et Cardamome, il faut patienter un peu pour la jupe, mais ça devrait être en ligne au pire (du pire) en fin de semaine.

Il y a deux ans j’avais littéralement craqué pour cette robe dans le Burda d’Avril 2013, dont la simplicité associée à un tissu chic m’avait totalement convaincue. Et j’avais justement un magnifique coupon violet, en satin de coton qui provient des stocks de la soeur de ma mamie. Par contre il s’est avéré que cette robe Burda après un regard sur le dessin technique, c’était juste un rectangle cintré à la taille par une ceinture. Et si ça va bien à une fille filiforme j’avais de gros doutes sur mes rondeurs. Et l’idée c’était un peu échappée…

 

Jusqu’au jour ou Eléonore nous a présenté sa nouvelle robe Arum sur laquelle j’ai vraiment craqué. Une robe d’allure simple et décontractée, comme pour Burda mais qui présentait déja un cintrage sur l’arrière grâce à de jolies découpe princesse (et moi les découpes princesses j’adore ça). Une robe qui se veut parfaite pour la rentrée, qu’on enfile en un rien de temps pour une journée de travail, lorsqu’on ne sait pas quoi mettre le matin. Une robe que l’on peut créer très casual en jouant avec les motifs ou beaucoup plus chic suivant la matière. Une robe qui dévoile nos formes de femmes, sans quand l’on se sente serrée. Un joli coup de patronage pour une robe facile à vivre… tout ce que je recherche pour mes vêtements du quotidien. Et en même temps j’ai eu un peu peur de ce type de robe sur ma morphologie et mes rondeurs.

Et pour la petite info botanique les Arums Purple Sensation sont de magnifiques Arums violets, dont le bord est plus clairs et qui me font penser à la jolie robe que je vais vous présenter.

Construction

Au niveau de la construction il n’y à aucune difficulté. Non vraiment aucune, c’est LA robe idéal pour débuter. Pas de fermeture Éclair, pas de manches à assembler, pas de boutonnières, pas de poches (si une plaquée mais on n’est même pas obligée de la mettre) et un guide de montage pas à pas qui reprend tous les termes techniques. Il faut juste savoir faire marcher une machine à coudre, avoir quelques notions de base (couture endroit sur endroit) et… c’est tout. Je crois qu’il y a à peine plus de 10 coutures à réaliser… il y a juste à vous lancer.

 

Modifications

Je vous présente ici ma version d’Arum qui correspond globalement à la version actuelle mais il faut savoir qu’elle a tout de même connu quelques modifications entre temps. Depuis ce test la robe a été reprise légèrement en terme de cintrage au niveau des hanches et de la taille, ma version correspond en fait à une version actuelle en 46,5. La poitrine à été quant à elle élargie pour plus d’aisance. La robe a été également allongée de 3 cm.

Comme je l’ai déjà dit, j’ai besoin de descendre la taille d’environ 1,5cm sur les patrons Deer and Doe. Pour Arum je n’ai pas fait cette modification, le cintrage est donc un peu haut sur moi c’est à changer sur ma prochaine version.

 

Au final

Au premier essayage, j’ai vraiment été agréablement surprise par le fit. Le dos est parfaitement ajusté, et je le trouve hyper canon. L’encolure tombe vraiment bien. Le tombé de la robe est très équilibré, elle dessine vraiment bien la poitrine, puis les hanches. Je me suis éclatée avec la petite poche, c’est un chouette détail et qui je trouve apporte un joli plus.

Vous connaissez mes doutes avec les robes non cintrées à la taille, échaudée par mes tests japonnais, mais j’ai été agréablement surprise. Même chose pour les manches kimone, j’avais testé un boléro immettable il y a quelques temps avec des manches comme ça, mais celles ci tombent vraiment bien, car elle ne sont pas trop amples.

Après j’avais dans l’idée de porter cette robe avec ceinture et j’aime beaucoup aussi, mais je suis ravie de ma petite cousette dans laquelle je me sens tout simplement bien. Le tissus est juste magique à porter (mais pas par 30°)… Bref ravie!

Pour etre tout à fait franche la seule chose qui m’embête avec cette robe c’est qu’elle soit trop courte pour moi pour être porté sans collants. Et hier par plus de 30° je n’avais pas du tout envie d’en mettre mais je destine cet Arum à être porté avec des collants opaques. Et croyez moi (sur Parole, aujourd’hui non plus je ne porterais pas de collant pour vous montrer), cela lui va drôlement bien, avec une ceinture assortie et des bottines. Je ne l’ai mise ainsi qu’à la maison, quand on avait des invités mais je me connais je n’aurais pas été suffisamment à l’aise en dehors avec une robe aussi courte.

Et pour être encore plus franche.. certains plis (notamment de dos) sont dûs au fait que la robe me collait hier lors des photos.. moment glam du jour, bonjour. J’en profite pour remercie mon photographe pour sa patience

Amies débutantes, vous êtes prêtes à sauter le pas?? Et pour les autres je pense que c’est vraiment un projet pas prise de tête qui fait du bien au moral = réussite assurée 😉

 

Et avec la ceinture

 

Chardon colorée

13 août 2015

Difficile pour moi de trouver le temps de venir par ici… A un tout petit peu plus d’un mois du mariage de mon cousin, j’ai décidé de mettre les bouchées-double puisque j’aimerais avoir terminé les tenues (chemise pour lui, jupe et haut pour elle, Belladone pour moi) d’ici le 31 Aout. Et puis avec le jardin, les travaux en extérieur et le jardin, je suis plûtot occupée.

Aussi une fois n’est pas coutume, je vais être succinte (si si je dois savoir faire) pour vous parler de ma Chardon réalisée, pffff il a y 2 mois??

J’ai toujours aimé la forme de la Chardon, le fait qu’elle se porte taille haute, les petits plis rétros, LES POCHES, le fait de pouvoir y passer une ceinture. J’adore la version avec le noeud derrière, mais pour cette première version j’ai utilisé un tissu acheté à mes tous débuts en coutures, déja bien chargé en couleurs. C’est un polycoton, au toucher tout doux, qui froisse à peine.

Niveau couture il n’y a pas de difficultés particulières, je comprends qu’elle puisse être conseillée aux débutantes (connaissant les bases de la couture quand même). C’est un très bon projet pour apprendre à monter des poches prises dans les coutures et une fermeture éclair, les explications sont limpides. Les plis nécessitent un peu de précision lors du marquage du tissu.

 

Modifications

J’avais un gros doute sur ma morphologie aussi pour être sûre de pouvoir porter cette jupe le plus bas possible, j’ai cousu les cotés et la fermeture éclair avec des marges de coutures de 1 cm au lieu des 1.5cm recommandés.

J’ai choisi de couper par manque de tissu au niveau de la version bicolore , rallongée de 5cm, mais sans rajouter de bande en bas… c’est juste ce qu’il faut pour que je l’assume. Je n’ai fait qu’un retour de 0.9cm après avoir surfiler à la surjeteuse le bas.

 

Conclusion

J’ai beaucoup porté cette jupe cet été : pas très compatible avec mon nouveau travail (il faut dire que je ne porte presque que mes Chataigne en ce moment), mais elle est parfaite pour sortir, flaner en ville, faire les magasins etc… Le tissu ne me choque pas plus que ça, ça fait très estival.. et puis j’ai trouvé le haut parfait pour aller avec.

Au niveau fit c’est une agréable découverte, même si je suis plus habituée aux robes Fit & Flare qu’aux jupes, j’aime bien la silhouette qu’elle me fait. C’est très féminin et je m’y sens bien… Je pense m’en refaire une dans un coloris plus discret pour l’automne/hiver, pour la porter avec des collants un peu fun.

 

et comme souvent quelques zooms

 

Belle journée à toutes (et tous?)

 

Ondée de printemps

12 juin 2015

Entre ma Brume d’hiver et mon Ondée de printemps je pense qu’on frise l’originalité à outrance dans mes titres, non? Quoi qu’il en soit puisque ces deux sont sorti le même jour il était important pour moi de les liés sur le papier.

Eléonore nous a tout d’abord présenté sa jupe, que j’ai adoré de suite, et je me suis dit : ce sera ELLE la 1ère jupe moulante de mon dressing. La suite vous l’avez ICI ^^

Mais lorsqu’elle nous a présenté le sweat Ondée, si j’ai vraiment adoré, sur elle, sa version initiale que j’ai trouvé si féminine et délicate, je me suis dit: « Sur moi je le sens nettement moyen ». Car bien évidemment je ne suis pas du tout adepte des crop top (va savoir pourquoi?) et je n’ai pas de veste/gilet/pull qui s’arrete à la taille. je me suis alors souvenue d’une remarque que l’on a fait cette été alors que je portais ma Centaurée+un gilet « elle est magnifique cette robe, dommage que le gilet soit si long et ne s’arrete pas au hanches)… Et j’ai entrevu toutes les possibilités de ce sweat.. Sureau-Chardon-Centaurée-Belladone-Moneta-Peony-Cambie etc… la liste est infinie.

Et puis comme je fait confiance à Eléonore, et même plus que ça, niveau design et fit, (et je ne pense pas me tromper vu les merveilles que j’ai maintenant dans mon dressing), j’ai décidé de me lancer dans l’aventure Sweat court. Et vous savez quoi? Non seulement j’ai adoré la phase couture, avec un montage vraiment très simple, mais au 1er essayage j’ai fait wahooo! Et mon mari aussi … et pourtant il a un niveau de tolérance d’exubérance vestimentaire bas, très bas…

Seulement j’ai pris du molleton juste en dessous de 30% d’élasticité (et pas du tout élastique en hauteur, et bien sur je n’ai vu ça qu’après m’être lancée à corps perdus dans la couture), un peu mou, mais pas trop épais que j’avais en stock, et que je voulais absolument testé car divinement doux à l’intérieur (au départ Eléonore nous a proposé de tester le sweat molleton élastique-jersey etc.. et le mot molleton à fait tilt avec ce coupon). Par contre ne cherchez pas, il est introuvable depuis les années 80 puisqu’il provient du stock de ma grand-mère… mais il rempli sa fonction doudou à la perfection!

Par contre pour éviter d’avoir un col trop épais et rigide j’ai choisi de le faire avec un jersey avec un taux de plus de 35% que j’ai acheté il y a quelques temps à Moun dans lequel j’avais prévu de faire… une Moneta.  Et j’aime plutôt bien ce résultat bicolore.

Mais pour en revenir au tissu choisi, comme il était moins élastique que préconisé j’ai du plus tirer pour faire correspondre la manche avec les bracelets de manches et le corsage avec la bande de taille, ce qui a induit une légère déformation de mon tissu qui même après lavage n’a pas repris sa forme initiale (promis je ne vous fais pas de cours de matériaux même si c’est ma formation initiale). La deux bandes (tailles et poignets) ne sont donc pas aussi serrées que je l’aurai souhaité. Et de même le fait qu’il ne soit pas du tout élastique en hauteur, fait qu’il est juste un chouïa plus court que mon souhait initial.. Ca m’apprendra à foncer tête baissée.

Je ne peux donc que bien vous conseillée d’utilisé un jersey vraiment extensible, même si épais, mais il doit avoir 30% pour que le rendu soit parfait. Cependant si vous souhaitez utilisé du molleton, je pense que couper la taille supérieure peut être une excellente idée (et pensé bien à renforcer vos coutures d’épaules avec de l’élastique transparent.

 

Au niveau de la couture, aucune difficulté.. Non vraiment c’est un modèle vraiment facile, si ce n’est qu’il est en jersey. Je l’ai monté entièrement à la surjeteuse (même le col, mais j’ai tellement serrée les fesses que je ne le conseille pas trop) mais il peut se faire à la machine sans aucun soucis du moment qu’il est monté au point élastique.

Trève de blablabla voici les photos de ce sweat.

Autant le dire de suite.. oui je suis conquise! Ce n’est pas une pièce que j’aurais imaginé un jour dans mon dressing, mais elle va si bien avec les robe que j’affectionne … qu’il m’en faut d’autres.. Notamment une version manches courtes pour aller avec ma Centaurée, pour les soirée d’étés où il fait juste trop frais pour avoir les épaules nues. On encore une version blanche pour aller avec ma Cambie namibienne et mes Monetas.. Ou…encore …

Je trouve cette pièce ultra féminine, et classe ce qu’il faut avec ce petit col pointu. Je trouve que la silhouette est particulièrement harmonieuse avec une robe froncée. Je ferais juste un peu plus attention à mon choix de tissus la prochaine fois.

Bon week end à toutes et tous

Ps: vous avez vu mon beau Lilas en fleur… oui les photos on été prises il y a plus d’un mois 😉

 

Me made Month : Mai 2015

10 juin 2015

Un post par mois… j’ai eu été plus productive n’est-ce pas? Mais disons qu’entre des vacances au top en Bretagne/Normandie, le début de mon nouveau job, une tenue de mariée à réfléchir et coudre et un potager à bichonner, je peux compter sur les doigts de la main les moments où je me suis posée devant l’ordi en mai. Pourtant j’ai quelques cousettes en attente à vous montrer, mon Ondée, ma nouvelle Moneta chouchoute, celle de Laura, une Belladone, une BasicOne, une Chardon… pour ne citer que ces projets… mais il vous faudra encore un peu de patience.

Le but du Me Made Month (ou MMM dans la suite de ce post) est de porter (à son rythme) un maximum de vétement cousus-tricotés-crochetés-recyclés-…- pendant un mois. L’idée est de promouvoir le handmade, d’être fière de ce que l’on a fait. J’en ai deja fait 3  francophones via le forum Thread and needle, mais là c’était à l’international. Et c’était très sympa (ne serait-ce que de parler un peu anglais) mais de voir aussi les différences/ressemblances de styles entre les différents pays. Après c’est vrai que c’est tout de même un peu moins convivial que la version française, mais nous étions beaucoup plus nombreuses, donc plus difficle de laisser un petit mot à chacun. Nous étions quelques françaises à participer et à échanger, vous pouvez d’ailleurs trouver une recap de laCoutureRose pleine de peps ICI ou de Nath qui a été aussi très assidue ICI ,  elle est une vraie source d’inspiration pour moi, j’adore ses looks!

Pour ma part si j’ai bien commencé, j’ai eu beaucoup plus de mal sur la fin (comme à chaque fois). Si je porte quasi tous les jours du handmade, j’oublie la plupart du temps de faire prendre les photos à Cyprien le soir (et j’ai la flemme de sortir le trépied à chaque fois). Il va falloir que je m’améliore pour la prochaine fois ^^

Semaine 1

 

Semaine 2

 

Semaine 3

 

Semaine 4

 

Semaine 5

 

Bilan :

– Il est devenu hyper facile pour moi de m’habiller en handmade, un peu plus difficile de mixer les pièces (parce que comme on n’est que 2 la machine à laver ne tourne pas tous les jours^^)

– je n’ai pas de style qui se dégage, je préfére m’habiller en fonction des besoins (casual, plus chic).

– au niveau bas j’ai remarqué que j’ai besoin mais genre très urgemment besoin d’un nouveau jean… va falloir que je me lance. Niveau short c’est bon de ce coté là, j’ai laaaargement de quoi faire. Par contre, j »ai toujours peu de hauts casual fait main et pourtant c’est ce que je porte le plus lorsque je travaille maintenant. Il me faut donc quelques plantains supplémentaires pour toutes les saisons, et refaire 1 ou 2 Datura moins salissantes (car non je ne porterai pas ma Datura blanche pour donner à manger une compote pomme-framboise, no way!). Idem porter une robe pour être assise par terre c’est pas ce qu’on fait de mieux, je vais avoir besoin de quelques tuniques avec des poches (pour mettre avec des leggings, oui Christina! c’est peut-etre moche car je n’ai pas les jambes ultra galbées et fines mais c’est quand même diablement pratique).

– si j’adore les robes cintrées à la taille j’ai plus de mal à porter des hauts qui me moulent le ventre. J’en ai d’ailleurs cousu très peu… mais ça va changer avec le BasicOne qui est vraiment chouette, près du corps mais pas trop.

– ma Belladone noire à décidément la taille trop haute, surtout quand je compare à mes Moneta (ma bleue Marine est devenue ma nouvelle robe chouchou!!!) ma prochaine version est bien mieux (mais là il faut me croire sur parole ^^)

– je porte essentiellement du Deer and Doe (et encore j’ai pas tout posté car j’ai porté aussi ma Centaurée (que j’ai déchiré mais ouf réparée), ma Brume, mon Ondée en vacances, et ma Bruyère…

-quand je vois ces photos, je suis plutot fière de moi. Oui c’est souvent les mêmes patrons, vétements, mais bon c’est moi qui les ai fait, je toruve que niveau confiance et estime de soi, la couture c’est quand même un bel outil! Et j’assume bien mieux mes formes, depuis que je couds… je sais je le dis à chaque fois, mais franchement qu’est-ce que ça fait du bien de se sentir à l’aise et jolie dans ses vétements!

Bon bref… quand le prochain???